Free Web Hosting Provider - Web Hosting - E-commerce - High Speed Internet - Free Web Page
Search the Web

Le site officiel du Collège Boboto (ex:Albert 1er) en RDC
Accueil   Historique   Statuts   Programme   Sections   Organes
Affiliation   Partenariat   C. Boboto   Humour   Photos   Annuaire

Préparation du Congrès Mondial de Bujumbura, 2009
Les anciens des pères jésuites se retrouvent régulièrement en Congrès Mondial, sauf exception, tous les 6 ans. C’est ainsi que l’année prochaine, l’Afrique abritera la prochaine rencontre qui se déroulera du 23 au 27 juillet 2009 à Bujumbura, au Burundi voisin.
Aussi cette page réservée à nos partenaires, accueillera-t-elle, entre autres, les préparatifs de cet événement d’importance pour les anciens que nous sommes et communiquera les adresses des sites de tout genre traitant des anciens élèves du Collège Boboto (ex-Albert 1er). Faits des nôtres qui, soucieux de communiquer avec les anciens, le font avec brio.
Nous espérons que cela nous aidera tous et nous enrichira mutuellement en nous évitant de toujours penser à recréer cette association vieille (et oui certains étaient déjà là depuis 1937 !) mais toujours jeune car, chaque année, nos rangs se renouvellent.
Et, ce n’est pas toujours le fait de ceux qui y ont terminé ou fait toute leur carrière scolaire !
Le thème de ce Congrès est une interpellation des africains dans la conduite passée, présente et à venir pour une meilleure Afrique, "Pour une meilleure Afrique, qu’avons-nous fait ? Que faisons-nous ? Qu’allons-nous faire ?"

Comptes-rendus des rencontres

Rencontre du 25/07
Je remercie Mr Mbusu de son exposé d’hier dans lequel il nous a proposé, illustré par un schéma, une stratégie qui pourrait nous aider à jouer un rôle réel et efficace dans la lutte « pour une meilleure Afrique ». L’échange que cela a suscité a montré :

  • 1° l’importance d’une réflexion de ce genre : elle nous oblige de nous situer et suscite des questions parfois embarrassantes sur notre responsabilité dans « l’état » du monde, du continent, du pays. La chaleur de l’échange en témoigne !
  • 2° le danger à éviter : une réflexion de ce genre, aussi nécessaire soit-elle, risque de rester théorique. Elle ne peut pas être un obstacle qui nous retient ou sert de prétexte pour ne pas passer à une action concrète et efficace (dont il faut bien reconnaître que c’est notre point faible).
    Pour un aide-mémoire de l’exposé de Mr Mbusu et de l’échange qui s’en est suivi, je vous renvoie à vos notes personnelles. Je développe plutôt à ce propos le point de vue des PP. Jésuites. La stratégie que Mr Mbusu développe, a en effet beaucoup de concordances avec les objectifs que les PP. Jésuites désirent poursuivre par le biais de leurs Associations d’Ancien(ne)s. Une lecture attentive de ma brochure peut aider à s’en rendre compte.
    Au point de départ il est question de mentalité (d’option de vie, de manière de concevoir sa vie) :
    A l’instar des PP. Jésuites, Mr Mbusu souligne l’importance d’une mentalité généreuse et non égocentrique. Les PP. Jésuites estiment que beaucoup de leurs Anciens ont pu acquérir cette mentalité et y rester fidèles (cf. la devise de Boboto), grâce e.a. à leur longue présence dans un milieu éducatif jésuite. Une Association d’Ancien(ne)s devrait donc se construire autour d’un « noyau dur » de personnes qui ont retenu de leur formation au collège cette « mentalité » ouverte à un engagement qui, au-delà des intérêts personnels et privés, vise le bien commun et manifeste même une attention particulière aux catégories moins favorisées d’une population, dans l’esprit d’un humanisme d’inspiration chrétienne (Cf. « hommes et femmes pour les autres », « faire fructifier dans la vie publique en faveur du bien commun les acquis de sa formation » (p. 5), « conviction intime que la vie ne vaut la peine d’être vécue que si elle est vécue généreusement au service des autres » P. W.J. Byron à Sydney (p. 22), etc.
    Le rôle d’une telle Association est de créer des espaces de solidarité :
  • a) Solidarité entre membres : une option de vie non égoïste va en général à l’encontre de la mentalité ambiante. Nager à contrecourant est difficile ! Cela est plus difficile lorsqu’on est seul que lorsqu’on est en solidarité avec d’autres qui se soutiennent et s’encouragent mutuellement. b) Solidarité entre Associations d’Anciens des SJ (et éventuellement avec d’autres Associations qui prônent la même option « humaniste ». Cela permet de devenir un LOBBY, un groupe de pression, capable d’avoir une influence réelle dans la vie nationale ou internationale et de faire basculer, comme le disait Mr Mbusu, la mentalité générale dans le bon sens : «Faire évoluer l’ordre social (…) selon les critères de l’Evangile » (p. 6), « Je vous demande de vous faire entendre collectivement au niveau régional, national et international » P. Kolvenbach à Kolkata (p.25).
    On aura compris que le maillon faible dans cette chaîne de solidarité, c’est l’état dans lequel se trouvent nos Associations. Si celles-ci n’ont pas d’existence réelle et quelque peu structurée, rien n’est possible si ce n’est que des paroles en l’air qui ne produisent aucun effet.
    Inutile d’épiloguer ou de débattre longtemps sur les raisons et les origines de ce mal dont témoignent aussi nos Associations. Mais commençons par tirer la conclusion que si nous voulons vraiment avec notre groupe évoluer vers une participation réelle et valable au congrès, sans risquer, comme le faisait remarquer Mr Musangi, que l’après congrès soit comme l’avant congrès, il faut que nous devenions vraiment un groupe de travail avec des objectifs précis à exécuter et que chaque « bureau d’Association » fasse de même.
    Cela suppose que nous nous attelions sans traîner à des tâches concrètes cf. « Il est à souhaiter que vous passiez davantage à l’action » P. Kolvenbach, Versailles, « qu’on commence à faire quelque chose » (p. 18). J’en vois deux qui sont prioritaires :
    1° renforcer l’organisation de votre Association afin de lui donner une consistance réelle et une activité suivie, une capacité croissante de mobilisation. Cf. ce que j’écris à ce propos dans la brochure :
    la doter d’un secrétariat et d’une trésorerie efficaces. Il incombera au secrétariat d’établir la liste des membres effectifs d’adhérents (sur base des palmarès du collège) ; de récolter des adresses d’anciens, de les contacter, d’essayer de faire rentrer les cotisations qui alimenteront la trésorerie ; de publier un bulletin de liaison ; de monter un blog ou un site web, etc. (p. 34)
    A titre d’exemple :
    il existe sur internet un « yahoogroupe » d’Anciens de Boboto. Il est animé (à partir de Toronto !) par le fils du président Boweya… Il compte NONENTE TROIS MEMBRES INSCRITS. Il suffit d’ouvrir ce site (par exemple sur un ordinateur du CCB) pour recueillir quelque 90 adresses de contact… à qui on pourra envoyer des informations, faire des propositions de participation à une activité, envoyer des nouvelles de la vie du collège, aider les Anciens à se retrouver, à échanger entre eux, à faire connaître leurs activités, à concevoir peut-être une action en commun, etc.
    Tâche assignée : veuillez faire parvenir au Père Conseiller, dans le délai le plus bref possible, une liste quelque peu consistante d’Anciens avec leur adresse de contact (et éventuellement quelques autres références).
    Seule une Association capable de présenter une liste pareille, quelque peu significative par rapport au nombre d’Ancien(ne)s sortis du collège, pourra être présentée à l’UM comme ayant une certaine existence réelle et donc entrer en ligne de compte dans la désignation d’un éventuel délégué commun
    . 2° constituer dans chaque Association un groupe de travail
    qui se mette à rechercher des Anciens dont l’activité professionnelle reflète un peu une réponse à l’attente des PP. Jésuites de « faire fructifier l’acquis de leur formation humaine dans un engagement de type service au bien commun, en particulier de catégories défavorisées d’une population ».
    Tâche assignée : faire parvenir sans délai au P. Conseiller les références de quelques personnes répondant à ce critère.
    Le Père leur enverra quelqu’un pour recueillir à leur sujet un témoignage illustré.
    Kinshasa, le 26 juillet 2008
    André Cnockaert, S.J.
    Conseiller


    OBJET : compte rendu de la réunion du vendredi 27 juin.
    Présents : Maître Matadi-Wamba, Mrs Séraphin Baharanyi (AECA), Benoît Kambere (AECA), Pierre Luvefu (ACB), Florent Mboma (ITPK), Matthieu Sokolo (CMSKIS), Kadima-Mbuyi (ACB), Alain Mone (ACB), Crispin Ngulungu (ASKI), Dr Sondji (ACB), Mrs Anicet Mubiala (ASKI), Eugène Tusamba (ASACOM).
    Excusés :
    Mrs Sylvain Waka (ISFX/Sadisana), Roger Mafuta (CAB), P. Hubert Mvula, S.J. (en instance de départ au “Troisième An »)
    AGENDA :
  • 1. Présentation d’une brochure : « Jésuites, Ancien(ne)s élèves, Union Mondiale»
  • 2. Finalisation des fiches de présentation des collèges
  • 3. Procédure de désignation d’un délégué commun
  • 4. Divers
    La réunion commença avec quelque retard vers 18h00. En attendant quelques retardataires on a pu déjà regarder en projection une ébauche de présentation en PowerPoint des collèges en RDC. Le Père conseiller donna d’abord quelques nouvelles :
  • 1° la rencontre du comité organisateur burundais avec les amis d’Alfajiri, à Bukavu durant le W.E. du 13 juillet
  • 2° la visite à Kinshasa de Mr Salvator Sunzu Ntigambirizwa, secrétaire du comité d’organisation de Buja2009.
    Le Père présenta ensuite la brochure qu’il vient de composer afin d’aider les Présidents des Associations à mieux faire connaître à leurs membres l’esprit dans lequel la Compagnie de Jésus souhaite voir fonctionner les Associations de ses Ancien(ne)s. La brochure se compose de trois parties :
  • 1° Un aperçu historique qui retrace la genèse du nouvel esprit qu’on souhaite voir adopter par les Associations.
  • 2° la présentation de l’Union Mondial et des Congrès qui ont eu lieu depuis 1956.
  • 3° quelques considérations sur la manière dont les Associations de RDC peuvent se préparer afin de participer valablement au Congrès de Buja2009 et communication de quelques références pratiques.
    La brochure est destinée à être largement diffusée mais d’une manière efficace parmi les membres adhérents. Elle est disponible chez le Père Conseiller et sera mise aussi en ligne. Elle jouit des encouragements du bureau de l’UM et de son conseiller.
    A la fin de la réunion (vers 19h30) on remit aux différents Présidents ou leurs représentants un formulaire où chaque Association est invitée à faire une proposition de désignation d’un délégué commun et d’un membre de la commission mixte d’inscription au congrès. Le formulaire prévoit la signature du Président, Vice-président, Recteur ou Conseiller jésuite, et l’un ou l’autre membre adhérent de l’Association.
    André Cnockaert, S.J.
    Conseiller des Associations des Ancien(ne)s élèves en R.D.C.
    P.S. Le Père conseiller aimerait bien rencontrer dans les jours prochains les présidents ou vice-présidents absents de la réunion.


    REUNION DU 28 MARS 2008 préparatoire au Congrès de Buja2009.
    Lieu : studio du CCB.
    Participants :
    P. Hubert Mvula (Bonsomi, 1990), Dr Géronce Balegamire (Alfajiri, 1970), Mme Odrade Chabikuli (Alfajiri 1980), Mrs Eugène Tusamba (Mbansa-Mboma 1967), Vonga Sukuli (Gbado-Lite 1997), Emile Boweya (Boboto 1962), Ermus Musama (Boboto 1987), Alain-Bernard Mone Nkoy (Boboto 2003), M.C. Kadima Mbuy (Boboto 1977), Pierre Luvefu (Boboto 1969), Bernard Gymbalu (Kiniati, 1974), Crispin Ngulungu (Kiniati, 1971), Boven Kumbukama (Kiniati, 1972), Jean Désiré Kanyama (Alfajiri 1987), Mathieu Sokolo (Kubama, 1982), Guy Mbangu (ISFX/Sadisana, 1990), Augustin Musangi (ISFX/Sadisana) 1976), Benoît Kambere (Alfajiri, 1976).
    Soit 19 participants et 8 associations.
    Excusé pour cause de deuil : Mr Florent Mboma (président ITPK)
    Absents : les présidents des Associations de Bonsomi et de Kasongo-Lunda.
    Ordre du Jour :
  • 1. compte rendu par chaque Association de l’état d’avancement de leurs travaux.
  • 2. compte rendu par le Dr Balegamire de la rencontre UM/Alfajir/Comité organisateur du congrès à Bujumbura le 3 février dernier.
  • 3. compte rendu par le P. Cnockaert de se correspondance avec le P. Salembier et Mr Camenen, secrétaire de l’UM
  • 4. Divers.
    1. Le tour de table concernant l’état de l’avancement des travaux préparatoires offrit un tableau fort encourageant. Toutes les Associations représentées ont confirmé les progrès dans l’élaboration de la fiche d’identité et descriptive et dans la sélection de candidats éventuels pour témoigner de la présence des Anciens dans différents domaines où l’on se débat pour améliorer les conditions de vie des populations en Afrique. On fit circuler un projet de fiche élaboré pour Kiniati et on visionna une présentation en Power Point du collège Alfajiri et de son Association. Les deux pourront apporter à tous une inspiration supplémentaire.
    2. Le Dr Balegamire rendit compte en particulier du projet de programme des 5 jours du Congrès, de l’engagement pris entre l’association (collège Alfajiri) et l’association (collège du Saint Esprit/Lycée de Kamenge) de travailler en étroite collaboration, de la journée qui serait prise en charge particulièrement par les représentants de la RDC et qui serait introduite par une conférence d’un membre du Cepas (Centre d’Etudes pour l’Action Sociale de la province jésuite d’Afrique Centrale), des conditions d’accueil et des frais à prévoir. Les frais d’inscription s’élèveront probablement à 300$ (logement, voyage et certains repas non compris). Pour le logement on prévoit aussi des logements à bas prix, pour le voyage à partir de RDC on étudie les possibilités de réduire les frais : si on rejoint Bukavu par vol intérieur, on pourra rejoindre Bujumbura par la route et entrer au Burundi sans avoir besoin de visa, un laisser passé suffira. L’inscription se fera sur formulaire auprès d’un « comité » composé d’un Ancien et d’un P. Jésuite.
    3. Le Père Cnockaert communiqua le nom du secrétaire du congrès et son adresse : Mr Salvator Sunzu Ntigambiri, ntigambirizwa@yahoo.fr. Nous serons invités dans les semaines qui viennent à lui envoyer notre fiche d’identité. Il aborda ensuite la question de notre représentation à l’assemblée statutaire qui se tient au dernier jour du congrès. Les Associations ne participent à cette assemblée que par le biais d’un seul délégué par pays avec une ou plusieurs voix d’après le nombre d’Associations qu’il représente. Nous devons donc envisager dans les mois qui viennent à nous mettre d’accord sur une personne qui pourra être notre délégué national. A cet effet il a lu un projet de Déclaration de Principe qui pourrait être signée par les Associations qui le désirent et qui stipulerait 1° l’intention de nommer ce délégué commun avant le 30 juin prochain 2° l’intention de lui confier aussi la préparation de l’érection d’une fédération nationale conforme aux statuts de l’UM.
    Commencée à 17h40, la réunion se termina un peu tardivement (à cause l’ampleur de la matière) à 19h30.
    Fait à Kinshasa, le 29 mars 2008
    André Cnockaert, S.J.
    Kinshasa, le 1er mars 2008



    RENCONTRE AVEC LE PERE MINANI.
    Ce samedi 29 février nous avons eu, comme programmé, une rencontre avec le Père Minani. Elle débuta à 18h00 et prit fin à 19h30. Les associations suivantes étaient représentées par au moins un de leurs membres : ACB-Boboto (Mrs Ermus Musama, Alain-Bernard Mone, Kadima-Mbuyi), AECA-Alfajiri (Mrs Séraphin Baharanyi, Benoît Kambere, Emmanuel Disu, Pamphile Kahemula), ISFX-Sadisana (Mrs Augustin Musangi, Guy Mbangu), ASSACOM-Mbansa-Mboma (Mr Eugène Tusamba), KINIATI (Mrs Crispin Ngulungu, Pierre Gambembo, Bernardin Gymbalu). Les amis de Bonsomi étaient bloqués dans un embouteillage mais valablement représentés par les PP. Hubert Mvula qui se charge de transmettre et Rigobert Minani, conférencier. Etait présent aussi le Père Carlos Mejia, recteur du collège Boboto.
    Nous avions demandé au Père Minani de stimuler notre réflexion en vue du Congrès2009 à Buja en nous brossant un tableau des problèmes de l’Afrique d’après ses expériences avec les ONG de lutte pour les droits de l’homme et de sensibilisation socio-politique. Le Père avait intitulé son intervention : Conflits & Gouvernance, parce qu’il juge que ce sont là deux problèmes majeurs dont nous devrons éventuellement rendre compte auprès de nos invités des autres continents.
    En s’appuyant sur quelques exemples récents (Tchad, Kenya, Cameroun), il souligna d’abord la grande instabilité politique de la plupart des pays africains, malgré en général leurs grandes potentialités économiques (en énergie, en matières premières, agricoles, etc…).
    A l’aide d’une projection en PowerPoint le Père nous montra comment aucune région d’Afrique n’échappe à ce problème (Foyer maghrébin, foyer des pays riverains du golfe de Guinée, foyer d’Afrique Centrale, qui ne se limite pas à ce qu’on appelle « les grands Lacs » mais intègre le Tchad, la Centrafrique, etc… avec comme épicentre notre pays continent, la Corne de l’Afrique, l’Afrique Australe, avec une Afrique du Sud moins stable qu’elle n’en a l’air : cf le problème de la distribution des terres aussi grave qu’au Zimbabwe…)
    Le Père s’étendit ensuite sur les causes structurelles de cette instabilité et en souligna la grande complexité qui s’oppose à la simplicité, sinon le simplisme, avec lesquels on en traite souvent au niveau politique. Beaucoup de « conseillers de gouvernement » ne prennent même pas la peine de faire des recherches, de consulter des ouvrages, de se documenter, afin de rassembler les informations indispensables qui leur permettraient des analyses nuancées et des avis autorisés.
    Le Père a développé ensuite, avec à l’appui le cas de RDC, comment la recherche de solutions même partielles pour résorber ces causes structurelles, se heurte à des problèmes de gouvernance. Après ce qu’il faut bien appeler l’échec de Sun-City qui fut suivi par une improbable Transition, qui contenait en germe tous les dangers qu’elle essayait pourtant de neutraliser, on réussit, presque contre toute attente la gageure des élections… Comment expliquer qu’après cette formidable opération, qui suscita notamment tant d’espoirs dans la population, nous nous trouvons de nouveau au point de départ avec un gouvernement qui, pourtant légitime, ne parvient pas à répondre aux attentes, elles aussi légitimes, de la population ?
    CONSIDERATIONS
    L’exposé fut suivi d’un échange durant lequel (avis personnel !) il me sembla sentir percer un certain désarroi et un sentiment d’impuissance : comment pouvons-nous individuellement ou en groupes aussi fragiles que sont encore nos associations, affronter de tels problèmes ? En quoi cette analyse peut-elle contribuer à préparer notre participation à un congrès mondial durant lequel nous aimerions sensibiliser les participants d’autres régions du monde à nos problèmes ? Que pourrions-nous concevoir comme proposition(s) qui rassembleraient les énergies à la fois de la Compagnie et de ses anciens (en premier lieu d’Afrique) pour travailler main dans la main à l’amélioration d’une situation à première vue déplorable, sinon insurmontable ?
    Je retiens deux éléments qui peuvent nous aider dans notre réflexion et notre recherche :
  • Le Père Minani a insisté sur la faiblesse des analyses socio-politiques présentées par les « conseillers » et « experts » dans beaucoup de réunions auxquelles il lui a été donné d’assister. (Cela va de pair avec la difficulté qu’on semble avoir pour passer de l’analyse à des actions concrètes et efficaces). Mais en même temps il a fait remarquer que la capacité d’analyse rationnelle et objective de situations complexes est un des fruits que nous devrions avoir retenu de notre passage par la pédagogie jésuite… J’y ajoute : les jésuites occupent des places privilégiées dans ce domaine (en RDC, par exemple, le CEPAS – Centre de recherche et d’analyse pour l’action sociale - ; au Kenya un jésuite congolais, ancien de Sadisana, est à la tête d’un Center for Peace studies in Africa). Je vois deux applications :
  • a) nos associations pourraient se donner comme objectif de favoriser, au-delà d’activités de détente et d’amicale, le maintien parmi les Anciens d’une vie intellectuelle et culturelle de qualité. (Ex. s’abonner à et faire circuler Congo-Afrique, choisir des articles percutants et en débattre en groupes de réflexion, organiser des groupes qui réfléchissent et discutent des problèmes graves du moment, etc…)
  • b) Dans la perspective du congrès2009 nos associations pourraient aussi étudier la possibilité d’apporter leur appui à ces domaines prioritaires de l’apostolat jésuite en Afrique.
    Moi-même je suis intervenu pour faire remarquer que ce tableau brossé par le Père Minani, peut-être un peu « décourageant », n’est qu’un point de départ. Il s’agit d’un constat « à froid » d’analyse qui, au lieu de décourager, doit ouvrir à l’action. Et cette action est déjà « en cours » . A différents niveaux des hommes et des femmes, dont une bonne partie d’anciens, assument leur responsabilité (souvent sans faire beaucoup de bruit) dans une lutte « pour l’amélioration ». Et cela en beaucoup de domaines (enseignement primaire, secondaire, universitaire, spécialisé technique, etc… santé, gestion, justice sociale, résolution de conflits, protection de l’environnement, entretien du réseau routier, fonctionnement des institutions, et bien d’autres). Nous devrions peut-être dans nos analyses et réflexions apprendre à faire la différence, comme on le fait en économie, entre macro- et micro-. Confrontés à ces problèmes nous pensons souvent en termes de « macro-politique » et nous nous sentons bien impuissants ; nous ne savons pas tous entrer au gouvernement et ceux des nôtres qui l’ont fait ne se sont pas toujours montrés efficaces, quelle qu’en soit la raison… Tandis que dans le domaine de la micro-politique de notre environnement immédiat et quotidien (professionnel, familial, relationnel social, etc…) nous pouvons agir, même seuls, bien qu’à plusieurs on devienne probablement plus fort !
    Proposition : le congrès2009 devrait, selon le souhait SJ, être un congrès de témoignage. Que chaque association se mette en quête de témoins de cette lutte à la base, dans les tranchées, à ras du sol. Elle en trouvera sans aucun doute. Parmi eux il y en aura probablement l’un ou l’autre qui ne sera pas mécontent d’aller à Buja, devant un public panafricain et mondial, témoigner de son activité dans un (mini) projet d’amélioration et se servir de cette tribune pour y intéresser un public plus large….
    Père André Cnockaert, S.J.
    Conseiller Général
    Chers amis,
    En vous remerciant de tout cœur de votre présence à la rencontre avec le Père Minani, ou en regrettant votre absence…, voici quelques propositions pour la réunion suivante. Je vous envoie aussi en annexe le compte-rendu succinct de notre rencontre, déjà enrichi d’un certain nombre de considérations personnelles dont j’espère qu’elles pourront vous inspirer :
    Propositions pour la réunion suivante :
    La rencontre suivante est programmée normalement sans contre ordre au vendredi 28 mars au studio du CCB à 17h30. Il est fort probable que le Dr. Balegamire puisse y assister. L’agenda peut donc être envisagé de la manière suivante :
    1. Communication de l’avancement de la préparation du congrès au niveau de l’Union Mondiale et du comité organisateur de Bujumbura.
    2.
  • a) rapport par chaque association sur l’avancement dans l’établissement de la „fiche d’identité „ et la recherche d’Anciens engagés dans des domaines importants, au service du combat pour une « meilleure Afrique » (où il fait bon vivre…).
  • b) échange sur l’exposé du Père Minani (préparer éventuellement des considérations et réflexions ; cf. ce que je viens de vous envoyer)
  • c) rapport de réunions de suivi que nous aurions eues dans notre association.
    3. Divers
    N.B. Ces propositions d’agenda ne sont nullement contraignantes. Je serais heureux que vous m’en communiquiez d’autres mais faites-le sans délai. Un mois est vite passé !
    D’autre part je vous présente deux suggestions supplémentaires :
    1° Une association pourrait-elle pressentir un de ses membres pour nous faire un exposé pouvant nourrir notre réflexion dans le sens que l’a fait le Père Minani ? Nous pourrions dans ce cas prévoir une autre rencontre comme celle que nous avons eue. Il faudrait cependant que nous soyons fidèles au rendez-vous et formions un groupe assez représentatif et consistant afin de ne pas décevoir celui ou celle que nous inviterions. M’avertir sans tarder de votre proposition éventuelle !
    2° Je propose aussi un exercice individuel mais qui pourrait conduire à un partage (si nous nous sentons déjà suffisamment mûrs et « amis » pour le faire): que chacun d’entre nous essaie d’exprimer (en mettant par écrit) ce qu’il croit avoir reçu de sa formation au collège et en quoi un certain esprit hérité de la pédagogie ignatienne l’a aidé dans sa vie professionnelle, familiale, etc… J’ai trouvé des témoignages de ce genre dans de nombreux bulletins d’information de collège ou dans des brochures publiés par des collèges à l’occasion de l’un ou l’autre jubilé.
    André Cnockaert, S.J.
    Conseiller

    Liens vers d’autres adresses traitant des anciens élèves du Collège Boboto
    La liste n’est pas exhaustive et nous essayerons de l’actualiser régulièrement et votre concours est le bienvenu …

  • fr.wikipedia.org/wiki/Collège_Boboto
  • cboboto.skyrock.com
  • www.jesuits-europe.info/alumni/prconf/bn03-rep.htm
  • fr.groups.yahoo.com/group/Anciens_du_College_Boboto/
  • www.congo2000.net/forums/topic1369-15.html
  • www.jesuitalumni.org/dbase/8fr.htm
    Les groupes et adresses électroniques recensées sous yahoo.groupes
  • acb_south_africa
    Moins de 5 membres, Archives: Public
    Anciens du College Boboto residants en Afrique du Sud
  • Anciens_du_College_Boboto
    Membres 94, Archives: Pour les membres
    Chers amis, Un cadre de rencontre pour tous les anciens du Collège Boboto situé dans la commune de Gombe à Kinshasa vient d'être créé. Nous avons tous été éduqués pour faire partie de la crème de nos communautés. Et ce, pour la plus grande gloire de notre Seigneur Jésus-Christ dont la lumière brille en nous. D'où, la devise AD MAJOREM DEI GLORIAM qui demeure inscrite sur le fronton de notre chère vielle école. Aujourd'hui, bien que dispersés dans le monde nous sommes tenus de préserver les ...(suite)
  • Amis_Anciens
    Moins de 5 membres, Archives: Public
    Ce groupe est créé dans le but de mettre à la disposition des uns et des autres, les informations sur l'évolution de l'ACB ainsi que sur ses activités. Il est ouvert à tous les Anciens sans distinction aucune de promotions ou d'âge. Soyez donc, Chers Amis Anciens, les bienvenus et sentez-vous y comme dans votre propre groupe.
  • anciens_de_boboto
    Membres 5, Archives: Pour les membres
    Bonjour à tous, salut à tous les bobotophiles Ce groupe se veut un groupe de rencontre, de discussion, d'échanges non seulement entre anciens du Collège Boboto mais aussi avec tous ceux qui y sont encore, les élèves, les professeurs, bref tous ceux qui se reconnaissent dans l'esprit jésuite, dans l'idéologie du 'fidel seray" et de l'"AMDG"( Ad majorem Dei Gloriam. Participez, participons à ce groupe, faites le connaître afin de ne pas seulement garder contact ou se transmettre des nouvelles mais ...(suite)
  • cd_acb
    Membres 7, Archives: Public
    Association des Anciens Elèves du Collège BOBOTO (ex-Albert 1er) de Kinshasa, adresse électronique officielle de notre Association, l’A.C.B..
    Toute correspondance nous réservée devrait y être adressée et nous permettra d’agrandir notre base de contacts qui recense actuellement plus de 300 adresses auxquelles s’ajouteront celles récupérées auprès d’autres adresses ou groupes traitant des anciens de cette école qui nous a accueillis les uns et les autres depuis 1937.
    Les adresses du groupe du Canada sont en cours de traitement.
  • acboboto
    Membres 23, Archives: Pour les membres
    Ce Newsgroup est dédié aux anciens du Collège Boboto en RDC(Kinsahasa)




  • © Copyright Congopub 2002, Kinshasa/RDC .